Charydbe
Charydbe
Tourbillon célèbre du détroit de Messine qui engloutit tant de navires ou les envoya sur le non moins redouté récif de Scylla. La vie nous réserve bien souvent de ces mouvements impétueux qui nous baladent ou nous détruisent. Mais que dire de

Ast pbr 89x146cm eae jmh X/VI dd

Peintres

Jean-Marie Heckmann

18 bis, Basses Ruelles
54270 Essey-lès-Nancy - France
Meurthe-Et-Moselle

03 83 21 17 55
jmheckmann@free.fr
Site web
Contact
 
Code de sécurité à recopier

=>
MON CONCEPT ARTISTIQUE.

On peut détecter dans les œuvres que je présente deux lignes de force : le poids accordé à l’expression et la vénération vouée à la beauté.

* Par définition, la peinture est une manière de dire des choses.

Lorsque je me suis lancé dans ma recherche d’une expression picturale originale, je suis parti du point où Kandinsky avait arrêté sa propre démarche, à savoir la surface et la ligne. Pour moi, ces deux concepts n’étaient pas satisfaisants pour répondre aux exigences de la notion d’expression. Voilà pourquoi, et après de longues réflexions, j’ai conclu que c’était au contraire le motif et le trait qui allaient me permettre de dire ce que je voulais faire entendre et comprendre. Puisque peindre est synonyme de parler et d’écrire, le motif pictural m’a semblé correspondre au mot ou à la proposition de l’expression verbale ou scripturale, le trait permettant de son côté la mise en valeur de telle ou telle partie du discours.
J’ai ensuite cru bon de renforcer mon propos en mettant mon motif en relief, afin de centrer l’attention de mes interlocuteurs sur ce que je place au cœur de ma proposition. Un tour de main technique original m’a permis d’arriver à mes fins. Certains de mes visiteurs qui ont découvert mes premiers tableaux ont parlé de peinture en 3D. A la réflexion j’ai préféré le terme de bas-relief. En effet, celui-ci m’a semblé plus technique et donc plus sérieux, quoique moins racoleur que 3D.
En troisième lieu je suis arrivé à la conclusion, que pour renforcer mon discours je devais dans toute la mesure du possible choisir des sujets emblématiques pour mes toiles. Ce recours à la figuration symbolique ne peut qu’étendre l’impact d’une expression.
Puis, toujours obnubilé par le sens de ce que je faisais, c’est-à-dire celui de m’exprimer, j’ai poussé le vice encore un peu plus loin en ajoutant à chacun de mes tableaux une légende. Je le fais sous forme d’une histoire, d’une allégorie, d’un thème, d’une signification, d’une espièglerie, bref, d’un sujet de réflexion et de convivialité, ou si vous préférez d’un“sujet de dissertation”, comme l’a si astucieusement relevé une de mes visiteuses. Cette astuce doit servir de catalyseur à la lecture de mes tableaux. L’expérience prouve qu’elle joue entière-ment son rôle, vu que les visiteurs s’attardent longuement sur mes œuvres au lieu de les toiser furtivement, comme cela arrive malheureusement trop souvent, au grand dam des Conserva-teurs et autres Galeristes.
En cinquième lieu, je fournis avec chacune de mes toiles un album. Celui-ci démarre par la photo légendée du tableau acheté et il en comprend une trentaine d’autres, qui sont soit choisies par l’acquéreur, soit proposées par moi-même. Je dédicace cet album non seulement au nom de l’acquéreur, mais aussi à ceux de tous les membres de sa famille, car j’essaie d’imaginer ce qui va se passer dans dix, vingt et trente ans de présence de cette œuvre dans un foyer donné.

* Pas d’art sans dévotion à la beauté.


Ce qui a fait qu’un nombre incalculable “d’artistes” ait renoncé à la recherche de la beauté est dû à la conviction rivée dans l’opinion que cette caractéristique est une notion pure-ment subjective. Lorsque je me suis attaqué à ce problème et que j’ai fait connaître mes velléités de parvenir à une définition objective de la beauté, c’est-à-dire capable de réunir une grande majorité de jugements, à défaut de leur totalité, je me suis fait traiter de tous les noms, dont les plus gentils sonnaient “utopiste” ou “doux dingue”. Je me suis néanmoins accroché envers et contre tous pour finalement découvrir qu’on pouvait obtenir un accord général en introduisant dans une œuvre un mélange, critique de grâce et de force. Cette proposition se démontre par l’absurde : trop de grâce ne produit que mièvrerie et maniérisme, à l’opposé un excès de force agresse et met mal à l’aise. Lorsque ce point a été établi, il me revenait de d’apprendre comment obtenir cette grâce et cette force ? Enfantin Votre Honneur ! La première est apportée par les couleurs chaudes et les courbes qui renvoient au féminin, la seconde est rendue par les couleurs froides et les droites qui évoquent les ordres de toute nature, c’est-à-dire qu’ils soient donnés ou qu’ils règnent, comme à Varsovie. Il suffit par conséquent de jouer sur ces deux registres jusqu’à ce que l’on obtienne la composition à laquelle il ne faut plus toucher.
Il m’a semblé qu’il était possible de mettre une cerise sur cette expression en lui demandant d’illuminer, voire de transfigurer l’endroit où l’on souhaite la poser. D’une manière schématique, on peut dire que ce souci est celui d’assurer l’effet décoratif de l’expres-sion picturale. D’aucuns rétorquerons que l’art décoratif n’est pas le grand art. on conçoit aisément que cette proposition peut se comprendre et s’admettre, lorsque la visée décorative est la seule qui préside à l’élaboration d’une œuvre. Par contre, elle ne saurait tenir lorsque ce souci n’est qu’un complément de la volonté primordiale de dire quelque chose. Dans ce cas la recherche de l’éclat de l’œuvre ne fait que renforcer son expression. Ce qui fait qu’en l’occur-rence cette visée se trouve pile dans le chemin que commande le simple respect de la défini-tion même de la peinture.

Voilà les idées qui me donnent le sentiment de pouvoir mettre toute mon âme dans ce que je fais.

UN TABLEAU, UNE LEGENDE, UN ALBUM,

telles sont les trois parties indissolubles de chacune de mes œuvres.

* Au tableau

sont assignées trois fonctions : celle d’assurer le plaisir des yeux et d’exciter les atomes crochus de celles et ceux qui le découvrent ou le fréquentent, celle d’offrir à ces derniers une proposition de réflexion ou d’échange, celle enfin de mettre de l’éclat, de la fraîcheur et de la gaîté dans l’endroit et l’atmosphère qui sont appelés à le recevoir.

* La légende

propose à celui qui la lit un conte, une histoire, un thème, une espièglerie, un sens, etc. afin de faire fonctionner son intelligence et d’éveiller le débat lorsqu’ils sont plusieurs à en prendre connaissance en même temps.

* L’album

vise pour sa part à jouer le rôle d’un mini musée. Il doit permettre à l’acquéreur du tableau de replacer celui-ci dans son contexte général et par là de lui enlever l’impression qu’il ne tient en la toile qu’une page arrachée d’un livre. Il a d’autre part la vertu d’engendrer une infinité de réflexions et de discussions, de par la diversité des sujets qu’il propose. Ce qui produit au moins un double effet : tout d’abord, il renforce la convivialité des personnes qui se retrouvent autour de cet album avec ses photos légendées ; ensuite, il rehausse l’image du possesseur de celui-ci auprès de ses convives, qui a priori ne soupçonnaient pas leur hôte de posséder la dimension lui permettant de s’intéresser à pareille gageure.

4 FAMILLES DE TABLEAUX.

Si l’on se réfère à l’esprit particulier qui distingue mes peintures les unes par rapport aux autres, on peut les classer sous quatre inspirations différentes.

1. Mon style originel, abstrait ou figuratif stylisé.

Les tableaux Aufblühen, Axiome, Hymne, Songe, etc. représentent ce qu’on peut appe-ler mon style originel. Abstrait ou figuratif stylisé, celui-ci se caractérise par les fonds plats, les couleurs basiques, le motif, le trait, le bas-relief, ainsi que quelques réminiscences des Miro, Mondrian, Kandinsky, Klimt ou autres Klee.

2. Les tableaux abstraits peints dans l’esprit et les couleurs des icônes.

Papa, maman, la bonne et moi, Cœurs brisés, Contorsion, Eclipse, …témoignent de ma curiosité de voir ce que peut apporter à la peinture abstraite en général et à mon style originel en particulier le recours aux couleurs et à l’esprit des icônes.

3. Les toiles d’inspiration art contemporain.

Une troisième série de mes tableaux se réfère à certaines tendances de l’art contemporain. Vous avez reconnu son dépouillement et quelques autres de ses traits dans A(p)prendre ou à laisser, Circulez ! Egale ou Totem, par exemple.

4. Le figuratif réaliste en bas-relief.

Ara qui rit, AWA, de qui ? de quoi ? S’Kattl, s’Katrinl unn d’ Dony ou 1954 enfin, vous montrent ce que peut donner le figuratif pur et dur, traité suivant les canons que j’ai définis ci-dessus, en particulier la pbr. Il vous est facile d’imaginer comment cette technique et ces principes sont à même de transfigurer le traitement qui se fera à l’avenir du nu, de la nature morte, du portrait, du paysage, de la marine, des animaux, etc…

UN NOUVEAU MOUVEMENT ARTISTIQUE.

Fort de l’accueil vraiment très chaleureux qu’ont reçu mon concept artistique options et la manière dont je l’ai décliné dans mes différentes familles de tableaux, j’ai tout de suite eu l’idée de le faire partager par d’autres artistes, opérant non seulement dans la peinture, mais aussi dans la céramique, le cristal, la verrerie, le vitrail, la tapisserie, la marqueterie, la sculpture, la ferronnerie, la fonderie, l’ameublement, l’architecture, …et même l’urbanisme !
Les premiers contacts que j’ai noués dans ce sens avec des professionnels reconnus m’ont conforté dans mon intuition. Ce sont en effet les plus inattendus, en l’occurrence les architectes, qui se sont montrés les plus enthousiastes. Sans doute parce qu’ils ont compris au quart de tour le surcroît de valeur que pouvait apporter directement à leur travail, à eux-mêmes et à leurs maîtres d’ouvrages, l’introduction intelligente du motif et du trait emblémati-ques dans leurs œuvres. Cela se fait déjà dans des constructions qui sont elles-mêmes emblé-matiques, mais pas dans les petits ouvrages. A l’avenir, cette carence pourra être gommée. Vous voyez certainement ce que ce traitement d’une villa par exemple pourra apporter à l’embellissement d’un lotissement, d’un paysage ou d’un quartier. Pour un prix qui sera presque toujours inférieur à celui d’une fenêtre !
Ce qui veut dire, sans aucun doute possible, que dès l’instant où nous serons dix, vingt ou plus à travailler sur des canons communs dans des arts différents, autrement dit, lorsque nous serons reconnus comme école, notre impact changera de braquet. Songez aux compositions monumentales que nous pourrons présenter en assemblant sur un seul support un bouquet d’œuvres d’art de disciplines très variées. Imaginez surtout la nouvelle civilisation que sont tout bonnement capables de créer tous ces arts revigorés par une nouvelle inspiration, et ce aussitôt que leur production aura atteint la masse critique requise. En effet, est-il encore nécessaire aujourd’hui de démontrer qu’à tout mouvement artistique significatif correspond forcément une manière de vivre, c’est à dire un type de civilisation ? Allons-nous pouvoir créer maintenant cet “autre monde” que Kandinsky a appelé de ses vœux, et sur la venue duquel il a jeté “un regard confiant” ? Pour notre époque et nos jeunes surtout, qui cherchent des idéaux et des raisons de vivre, n’y a-t-il pas là un défi qui soit à la hauteur de leurs ambitions ?
Il faut un nom à ce bébé pour qu’il soit apte à sonner le départ de ce nouveau mouvement appelé à prendre la suite de l’art de feu le XXème siècle. En attendant mieux, on pourrait retenir eAe pour Ecole d’art emblématique. Ce qui permet de créer un joli sigle en renversant le premier e de eAe.


_____________________________________

MESSAGES IMPORTANTS.

1. Je cherche à vendre mes toiles à des particuliers, des entreprises, des administrations, etc.

2. Cependant, je souhaite avant tout trouver des agents commerciaux et des galeristes, pour pouvoir consacrer plus de temps à la création.

3. Tant que je n’ai pas de représentant dans une région donnée, je me déplace, dans un rayon de 1.000 km autour de Nancy, au domicile des amateurs intéressés pour leur présenter un échantillonnage de mes œuvres qu’ils auront choisies dans la Minigalerie ci-dessus ou vues dans une de mes expositions.

4. Sur commande, prix forfaitaire, délai et acompte convenus à l’avance, je réalise des portraits ou autres tableaux en bas-relief.

5.Je suis très intéressé par toutes les remarques, critiques et suggestions que vous pouvez me faire concernant mon travail. Merci par avance de me les communiquer.

6. Je cherche aussi des artistes pour entrer dans le nouveau mouvement que je suis en train de lancer.
Retour


 

  Galerie d'art contemporain, inscription gratuite